Mo3 – Evolution des méthodes d’analyse de la sûreté de fonctionnement, quel rôle pour la méthode STPA ?

Jeudi 20 avril de 9h00 à 12h00

N. LEVESON

MIT

E. LEDINOT

DASSAULT AVIATION

Développée au département Aéronautique du MIT par Nancy LEVESON et son équipe depuis plus d’une vingtaine d’années, STPA (System Theoritic Process Analysis) est une méthode d’analyse des comportements d’un système embarqué, ou d’une organisation, qui peuvent être sources d’accidents. Elle est issue de travaux en accidentologie aéronautique et inspirée par la théorie du contrôle des systèmes dynamiques.

Elle prétend combler un fossé qui s’est creusé au cours du temps entre les méthodes classiques de la sûreté de fonctionnement (AMDEC, arbres de défaillances, chaines de Markov, etc.) et la complexité des systèmes à logiciel prépondérant, multi-systèmes et systèmes de systèmes, dont on doit aujourd’hui analyser la sûreté de fonctionnement.

STPA souligne en particulier l’importance d’une nouvelle classe de défaillances, baptisée défaillances d’interaction. Ces défaillances sont sans initiateurs physiques recensés dans les AMDEC mais issues seulement d’interactions insoupçonnées (émergentes) entre comportements déterministes de calculateurs fonctionnellement couplés, ou entre un homme et ses systèmes.

Où en est-on de l’évaluation de cette méthode ? Est-elle adaptée au traitement du facteur humain ? Quel support peut-on lui donner dans les processus outillés ? Seront parmi les questions abordées au cours de l’entretien.

Dans le même domaine de discussion :

Mer. 19 avril - 9h00 – 12h00

Mo1 – Quels modèles pour la V&V des IHMs aéronautiques ?

S. CHATTY, ENAC
Mer. 19 avril - 14h00 – 17h00

Mo2 – Les oubliés de la conception en Interaction Homme-Machine

P. PALANQUE, UNIVERSITÉ PAUL SABATIER
Jeu. 20 avril - 9h00 – 12h00

Mo3 – Evolution des méthodes d’analyse de la sûreté de fonctionnement, quel rôle pour la méthode STPA ?

N. LEVESON, MIT - E. LEDINOT, DASSAULT AVIATION
Jeu. 20 avril - 13h30 – 16h30

Mo4 – Thermique dans les avions : le progrès par la simulation

P. ARBEZ, AIRBUS